M. Gaubert écrivain héraultais ; né le 27 janvier 1881, à Saint-André-de-Sangonis
Cette page évoque d'abord la richesse du Midi, sa civilisation brillante, ses troubadours. Puis, c'est l'avalanche des farouches croisés qui pillent et massacrent. Enfin le sacrifice héroïque de Pierre d'Aragon et le bûcher de Montségur. 

En ce temps le Midi, riche et libre, au soleil
Dressait, au long des fleuves bleus, ses cités blanches
Et, comme un flot mouvant hors d'une âme s'épanche,
Ses vins rouges faisaient le couchant plus vermeil !

Le fer de la charrue est frère de l'épée !
Seigneurs et paysans cousinaient dans nos bourgs,
Et tous avaient au coeur, alors, un même amour
Pour cette terre d'Oc que l'on n'a pas domptée. (1)

Pour qu'une terre soit meilleure, il faut du sang !
Un soir de cour d'amour(2) nos aïeux écoutèrent,
Dominant l'écho des violes et les chants,
Soudain venu du Nord, un sourd fracas de guerre !

Et, se profilant sur l'azur sombre des monts,
Le pâtre de Gascogne aperçut l'aurore,
Sur leurs genêts d'Anjou, sur leurs cavales mores,
Les chevaliers du Christ, pareils à des démons !

Comme des loups errants, et comme des voleurs,
Et dès l'abord vainqueurs par des trahisons viles, (3)
Ils pillaient les châteaux, incendiaient les villes,
Et nos soirs étaient pleins de flammes et de pleurs.

Comme s'ouvrent parfois des grenades trop mûres,
Les remparts des cités croulaient devant Montfort.
Et sur les murs détruits et les combattants morts
Les Barbares dressaient les croix de leurs armures.

Les Albigeois debout firent face aux Croisés :
Nous luttâmes en vain, de Béziers à Toulouse,
L'Ame des grands tueurs d'hommes était jalouse
Des cadavres couchés sous les cieux embrasés.

Et Pierre d'Aragon(4) parmi leur tourbe immonde
Opposait sa poitrine aux soudards d'Amalric,
Et comme au Golgotha, sur le funèbre pic
De Montségur(5) brûla le bûcher d'Esclarmonde !

(1) - L'hérésie n'a jamais été complètement extirpée du Languedoc, terre d'élection du protestantisme. Notre province s'est toujours montrée réfractaire à toute oppression religieuse, politique ou économique (résistances contre Louis XIII, Louis XIV, la Restauration, l'Empire, Défense viticole.

(2) - Assemblée de troubadours, de seigneurs et de dames nobles composant et récitant des vers.

(3) - Allusion à la soumission et à la pénitence du comte Raimond de Toulouse qui céda au Saint-Siège sept de ses châteaux et reconnut la suzeraineté pontificale sur le compte de Megueil (Maugio). En réalité la défaite du Midi était due surtout au manque d'union entre les seigneurs et les communes du Languedoc.

(4) - Roi d'Aragon et Seigneur de Montpellier mourut bravement dans la bataille de Muret en 1213.

(5) - Château de l'Ariège ; a joué un rôle important dans la longue lutte des Albigeois et des Croisés. Ce château situé sur un roc escarpé à 1 200 mètres d'altitude fut le suprême asile des hérétiques persécutés. Les Croisés ne purent s'en emparer en 1245 qu'après un siège des plus acharnés. Aussitôt que le forteresse se fut rendue, on traça une enceinte au pied de la montagne, on y dressa un immense bûcher sur lequel on brûla vifs deux cent cinq hérétiques, hommes et femmes ; parmi eux figurait Esclarmonde, fille de Raymond de Pereille, l'un des seigneurs de Montségur.