Le "Prieur de Colognac" (Gard) 24 février 1801. Arrestation à Saint-Martial dans les Cévennes de "Sans-Peur". 
Né à Montpellier en 1732, fils du seigneur de la Fabrègue, conseiller-auditeur à la Cour des comptes de Montpellier, nommé prieur de Colognac en 1760, Jean-Louis Solier, dit "Sans-Peur", prêtre réfractaire, abandonne en 1791 sa paroisse pour se réfugier dans les grottes cévenoles. Considéré par les révolutionnaires comme un "fanatique, despote, charlatan" il brigande le Gard, la Lozère, le Tarn, le sud de l'Aveyron, détrousse les diligences et vole, en compagnie des "chauffeurs" des Cévennes le Trésor Public. Il organise des bandes dites de "Jehu", fixe son quartier général aux environs d'Aniane, recrute parmi les petits seigneurs fidèles au rois, les artisans ruiné et accueille même des femmes comme la fameuse "La Belle Marchande" dans sa bande de "vendéens" prêtes à s'emparer de Nîmes, Montpellier, Privas. Les sans-culottes qui le traquent veulent "avec son foie faire des fricandeaux". 
"Sans Peur" le prieur de Colognac sera arrêté dans sa maison de Saint-Martial (Gard), jugé à Nîmes, exécuté place d'Auvergne au Vigan.