A Sète, on le sait, la gastronomie est le domaine réservé du sexe dit fort. Le rite "manducatoire" et agréable de la Baraquette où Maurice Chauvet voyait le symbole de l'indépendance masculine est toujours vivace. Le Club de la Fourchette, à la Pointe-Courte, renoue avec cette noble tradition et ne cherche pas à cacher hypocritement, ses intentions sous couvert de culture, de sports ou de philatélie. Son but, ses intentions, ses statuts ne laissent planer aucun doute. Il s'agit de faire des banquets entre homme seulement. Presque aussi fermé que le Jockey-Club, le snobisme en moins, ses membres se recrutent uniquement et par parrainage auprès du sexe masculin. Les femmes comme au Mont-Athos et comme à Athènes du temps de Socrate, y sont interdites afin de ne pas troubler la sérénité du climat, la bonne marche des réunions et la digestion des clubmen. Le numerus clausus est fixé à 20 personnes : la moitié de l'académie française. Mais comme ces "immortels" de la fourchette mangent chacun comme quatre et bavardent pareillement, les locataires du quai Conti perdraient, dans une confrontation, quelques pans de leur habit vert.
Le président de cette aimable confrérie, c'est celui qui mange le plus, Henri Bani dit l'amiral est élu à vie mais les décisions, date des repas, composition des menus, sont prises par l'ensemble de l'assemblée. Les séances gastronomiques durent en général toute la journée et les sociétaires doivent verser 5 francs par semaine.
Le Club de la Fourchette, hormis le végétarisme considéré comme une hérésie mortelle et combattu comme telle, ne privilégie pas un mets plus qu'un autre. Le poisson et les viandes font alternativement les frais des assemblées générales. Le profane a difficilement accès aux archives du club (procès-verbaux de séances, etc...), cependant, certaines fuites lui permettent de connaître le déroulement des réunions par le menu.

Menu du dernier banquet :

- Coquillages
- Langoustes à la mayonnaise
- Langoustes à l'américaine
- Omelette aux champignons
- Fruits
- Fromages
- Gâteaux

Le tout arrosé de plusieurs "doigts" d'un bon vin. Les membres du Club de la Fourchette se retrouvent aussi bien aux repas organisés par des sociétés concurrentes mais néanmoins amies : repas du club de football, du club de pétanque, du club des joutes... On le voit, le Club de la Fourchette s'il est fermé n'est pas sectaire.

Connaissance du pays d'oc - Mars/Avril 1975