L'ancien château-fort de Cabrières était construit au sommet d'un rocher escarpé, sur lequel on ne pouvait monter que par un seul côté, et cela bien difficilement.
On attribue sa fondation aux Romains, ce qui résulte des vestiges de fortifications classés par les archéologues à l'époque gallo-romane, vestiges représentant l'art militaire de ce peuple tel qu'on en trouve les restes sur tous les points qu'il a occupés.
D_cembre2012_015Ce château, rempart de la frontière aquitaine, était un point stratégique très important, ce qui est confirmé par des documents historiques qui existent dans les chartes ou lettres royaux depuis le VI° siècle.

En 533, Théodebert Ier, fils de Théodoric Ier, roi de Metz, après s'être emparé de Lodève, avoir pillé le château de Dio, se présente devant celui de Cabrières.
Férréol, gouverneur de ce château, frappé d'épouvante, s'enfuit à son approche, se retire à Béziers, laissant la défense de la place à sa femme Deutérie et à sa fille.
Deutérie était Romaine ou Gauloise de naissance ; elle était d'une rare beauté, aimable et douée d'un esprit excessivement adroit et insinuant.
Théodebert ayant sommé la place de se rendre, avec menace de pillage et d'incendie, en cas de refus, Deutérie l'envoya d'abord complimenter, l'assurant qu'elle n'avait pas l'intention de se défendre contre un prince à qui rien ne résistait, qu'elle désirait se soumettre et le reconnaître pour son seigneur et maître.
Après cette démarche, elle sortit du château, dit la chronique, par un souterrain qui débouchait entre deux collines tout près de Boyne, et ce fut sur les bords de cette rivière qu'eut lieu l'entrevue de Théodebert et de Deutérie. 
Le fils du roi franc fut si épris de sa beauté qu'il en devint amoureux. A la suite de cette entrevue, ce prince entra en ami dans le château de Cabrières, et y reçut la soumission des habitants de la contrée et des châteaux voisins.
Théodebert emmena Deutérie, vécut d'abord en concubinage avec elle et l'épousa ensuite solennellement, lorsque, délivré de la crainte paternelle par la mort de Théodorik, il eut répudié sa première femme Wisigarde.
L'arrivée de Deutérie à la cour de Metz excita les murmures du peuple ; les Francs de cette époque exigeaient de leurs chefs, sinon de la vertu, du moins de la pudeur.

A SUIVRE