Cette petite ville, surtout connue pour ses vins et son fameux muscat, arbore sur ses armes un croissant de lune. Est-ce en mémoire de la participation aux croisades de l'un de leurs seigneurs ? Certains ajoutaient parfois un ou plusieurs croissant à leur blason pour rappeler leur mission chrétienne en Orient. D'après André Bernardy, ce dont on peut être sûr, c'est qu'une légende est à l'origine du surnom peu flatteur donné aux Lunellois, les "pesca-luno" (pêche-lune), par les villageois d'une commune voisine. La voici résumée en quelques vers qui figurent au dos de certaines cartes postales vendues dans les commerces de la ville ; preuve que les habitant ont eut l'intelligence de s'en amuser :Septembre_001

"Aquéli gèn de Lunèu,
Qué n'en fan toujou qu'aucuno,
S'anérou imagina d'ana pesca la luna.
La luna èro coungrado,
Crésien qué sèro negado,
L'anérou touti pesca
Din un panié trauca."

"Ces gens de Lunel,
Qui font toujours quelque bêtise,
Allèrent s'imaginer de pêcher la lune.
La lune était cachée,
Eux crurent qu'elle s'était noyée,
Ils allèrent tous la pêcher
Dans un panier troué."

Si la majeure partie des Lunellois ne se sent pas offensée par cette galéjade, certains esprits chatouilleux - probablement lassés d'être assimilés à des benêts - ont décidé de retourner le compliment à leurs auteurs présumés. Et là, c'est de bonne guerre ; ce sont ces derniers qui font figure de naïfs. Voici donc l'histoire de l'arroseur arrosé, version Lunel : autrefois, les Lunellois pêchaient avec des paniers d'osier lestés qu'ils descendaient jusqu'au fond de l'eau grâce à une corde. Ils attrapaient ainsi de grandes quantités d'anguilles qui se jetaient sur les appâts déposés au fond de ces nasses improvisées. Ils avaient inventé cette technique astucieuse (c'est donc la preuve qu'ils étaient malins...), mais n'en avaient soufflé mot à personne. Un soir, ils furent épiés par des "étrangers" (à Lunel) qui, ne comprenant rien à leur manège, en auraient déduit qu'ils essayaient d'attraper la lune. Ils allèrent le raconter partout, et comme les Lunellois ne voulaient pas divulguer leur astucieuse méthode de pêche, ils ne cherchèrent pas à se justifier. Le nom de "pesca-luno" leur resta !

Extraits du livre : Les mystères de l'Hérault de Paula et Olivier Astruc.