Les apparitions
Saint-Bauzille de la Sylve est un village du canton de Gignac, d'environ 600 âmes. Quand on descend les rives ombragées de l'Hérault vers les plaines fécondes de Paulhan et de Pézénas, on le trouve coquettement assis contre un massif de petites collines que couronne un bouquet de pins. A ses pieds, un vignoble opulent étale ses riches splendeurs.
Depuis fort longtemps déjà, Marie a établi autour de Saint-Bauzille son maternel empire. Les sanctuaires élevés en son honneur s'y trouvent nombreux. Citons : Notre-Dame de Grâce de Gignac ; Notre-Dame de Régagnas d'Aniane ; Notre-Dame de la Garrigue et de la Salette de Montpeyroux ; Sainte-Marie du Rocher des Vierges ; Notre-Dame la Noire de Saint-Guiraud ; Notre-Dame du Peytou de Clermont l'Hérault ; Notre-Dame des Vertus de Paulhan ; Notre-Dame d'Espérance de Saint-Pons de Mauchiens ; Notre-Dame d'Hortus de Ceyras ; Sainte-Marie de Cornils ; Notre-Dame du Cairou mentionnée dans le cartuaire d'Aniane en 1146 ; Notre-Dame de Montcmel ; Sainte-Marie d'Aumelas ; Notre-Dame de Cesteirargues ; Sainte-Marie la Belle au petit hameau de Bellaure et bien d'autres. Enfin, on voit encore sur la colline la plus proche de Saint-Bauzille, qu'on appelle Saint-Antoine, une chapelle et les ruines d'un vieux couvent qu'on dit avoir été occupé jadis par les Fils de Saint -François, les apôtres zélés du culte marial.
Vierge
Chaque année a ajouté quelque nouveau fleuron à cette splendide couronne et manifesté la protection de la Vierge à l'égard de cette contrée privilégiée. Nous venons d'en avoir une preuve éclatante.
A la fin du siècle dernier, Marie daigna, en effet, se montrer à 600 mètres de Saint-Bauzille, dans des conditions qui méritent l'attention des historiens consciencieux et le plus profond respect, pour ne pas dire la plus complète adhésion, des esprits tant soit peu catholiques.
Le voyant, Auguste Arnaud, a souvent rappelé cette scène. Voici en quels termes il la précisa en présence de la Commission d'enquête instituée par Monseigneur de Cabrières :

Première Apparition

"Le 8 juin 1873, dimanche de la Trinité, j'étais parti de bon matin, selon ma coutume, pour aller travailler à ma vigne. C'était à peu près 5 heures.
Vers 7 heurs, je quittai le travail pour déjeuner, en m'asseyant dans le fossé qui sépare ma petite propriété de celle du voisin. Mon repas fini, je me disposais à fume ma pipe. C'était 7 h 30. Je vis alors apparaître devant moi, à une distance de 1 à 2 mètres, un personnage sous la forme d'une femme de taille ordinaire, toute vêtue de blanc. Elle portait une ceinture frangée, sa tête était surmontée d'une couronne haute, semblable à la mître d'un évêque. Un grand voile blanc, partant du sommet de la couronne, l'enveloppait de toutes parts jusqu'aux pieds, couvrant même ses mains que le personnage tenait croisées sur sa poitrine. Tous ces divers ornements étaient d'une éclatante blancheur. La figure de cette femme était belle, calme, sans exprimer ni joie, ni tristesse. Je ne l'ai pas vue sourire. Elle paraissait avoir de 25 à 28 ans. Elle était noyée dans une atmosphère lumineuse.
A sa vue, je me suis levée par un premier mouvement de stupeur et je lui ai adressé la parole dans le patois de mon pays :
"Cal sès bous ?" : Qui êtes-vous ?
Elle a répondu dans la même langue :
"Sioi la sainta Bierja" : Je suis la sainte Vierge.
"N'agès pas paou" : N'ayez pas peur.
En me rassurant, ces mots me remplirent d'une religieuse émotion. J'écoutai, et la Sainte-Vierge ajouta :
"Abès la malaoutié de la bigna" : Vous avez la maladie de la vigne.
"Abès abandounat Saint Bauzeli" : Vous avez abandonné saint Bauzille.
"Lou cal faïré lou jour qué toumba" : Il faut célébrer sa fête le jour qu'elle tombe.
"Dijoou caro anna à Saint-Antouéna en processiou à Nostra-Dama" : D'aujourd'hui en quinze il faut aller en procession à Notre-Dame.
"Tout lou cantou de Gignac, Montpellier et Loubéda en billa" : Tout le canton de Gignac, Montpellier et la ville de Lodéve.
"Bous cal plaça uno crouz de noou et changea l'aoutra" : Il faut placer une croix neuve et changer l'autre.
"Plaçadès una Crouz émbé una Bierja al founs de la bigna" : Vous placerez une Croix avec une Vierge au de la vigne.
"E yé fadès la processiou chaque an" : Et vous y viendrez en procession chaque année.
"Anas ou diré a bostré péra et al capelan, tout de suita" : Allez le dire à votre père et à votre curé, tout de suite.
"Dins un més bendraï bous remercia" : Dans un mois je viendrai vous remercier.

A ces mots l'Apparition monta verticalement vers le ciel, comme un globe (aérostat) et je la suivis des yeux jusqu'à ce que je ne pus l'apercevoir.

Chanoine Blaquière Archiprêtre de Saint-Nazaire - Béziers

La suite : Après la première Apparition et deuxième Apparition.